Printemps CUBEcois Banner Installation Returns in October

Concordia Student UnionCSU_logo + Artéfacts d’un Printemps québécois Archive  cropped-super_carre.jpg présentent :

« Printemps CUBEcois » II:

When it’s good to be unruly / Quand il est bon d’être insoumis

One week only / une semaine seulement

12 – 18 Oct 2014

Concordia University
EV Building Atrium
1515, rue Ste-Catherine ouest (coin / corner Guy) MAP
artist / archivist, David Widgington, présent du mardi 14 au vendredi 17 octobre de 12h-14h.
artist / archivist, David Widgington, on location from Tuesday Oct 14 to Friday Oct 17 from 12-2pm.

VERNISSAGE : jeudi / Thursday 16 Oct.  — 5 à 8

Événement FB event

read artist statement / lire la démarche artistique

co-présentation avec : CUTV Logo  Print   QPIRG-C_logo

Le CUBE lors de la deuxième journée de montage. / The CUBE during its second day of construction. 20 juin 2014.

Le CUBE lors de la deuxième journée de montage et avant l’installation du plafond. / The CUBE during its second day of construction and before the installation of the ceiling. 20 juin 2014.


Artist Statement :

The « Printemps CUBEcois » Banner Installation explores the practice of archival activation with its 40 actual protest banners and a mural-size protest scene collage « Ne Rien Lâcher » (13ft high x 17ft wide), made using imagery taken from the Artéfacts d’un Printemps québécois Archive (its posters, banners, protest signs, actions, stencils, videos) and printed on canvas. The scene is my own retelling — as a striking student at the time — of the 2012 student-led oppositional movement. It is an attempt at self-representation which is key to building upon a movement’s own oppositional cultural heritage. It embodies the purpose for the Artéfacts Archive and its potential motivational role on future protest movement choreographies in Québec (and elsewhere).

It is a non-nostalgic activation of an archive that seeks to nurture the oppositional consciousness that was tenacious in 2012, in preparation for future struggles. The « CUBE’s » interior represents a safer-space within which activists can meet and speak freely, to seek collective strength that may lead to future acts dissent and resistance.

Victor Turner (1986) describes three consecutive phases of ritualistic performance in The Anthropology of Performance that give meaning to the Artéfacts Archive and purpose to the « Printemps CUBEcois » installation. The initial “separation” phase serves as a rehearsal, a preparatory period when the artefacts are created, when political ideas are shared, when dissent is planned.

It is followed by the “liminal” ritualistic performance phase when opposition is manifested, when the artefacts are used during demonstrations, building blockades or occupations. After oppositional performance comes a debriefing period, a time to “reaggregate” together for collective self-reflection. It helps to strengthen solidarity and build confidence by reacquainting activists with past protest performance.

Oppositional consciousness during the debriefing period, I argue, is better nourished when oppositional cultural artefacts are present. The artefacts encourage activists to review past actions, to discuss evolving issues, to advance arguments, and ultimately to consider future oppositional performance. Ideally, the oppositional cultural heritage activated via the « Printemps CUBEcois » will help close the loop by linking the debriefing phase with a subsequent phase of separation to create a perpetual loop of ritualistic oppositional performance that is able to confront the abuses of neoliberal capitalism and resist its systematic oppression.


Démarche artistique :

L’installation de bannières « Printemps CUBEcois » explore la pratique d’activation d’un archive avec ses 40 bannières contestataires et son collage « Ne rien lâcher », grandeur muraille (13pied haut x 17pied large) mettant en scène une manifestation avec les Artéfacts d’un Printemps québécois Archive (ses affiches, bannières, pancartes, actions, pochoirs, vidéos), le tout imprimé sur canvas.

La scène est mon récit — en tant qu’étudiant en grève — du mouvement contestataire de 2012. C’est une tentative d’autoreprésentation, un élément-clé pour bâtir un héritage culturel d’un mouvement contestataire. Le CUBE incarne l’objectif de l’Artéfact Archive et son rôle d’agitateur potentiel pour les chorégraphies futures des mouvements de protestation au Québec (et ailleurs).

C’est une mise en action non-nostalgique d’une archive qui cherche à nourrir la conscience contestataire, si tenace en 2012, et en préparation pour les luttes à venir. L’intérieur du CUBE représente un « safe space » où des activistEs peuvent se rencontrer, parler ouvertement, rechercher une force collective qui pourrait mener vers des actions de résistance futures.

Victor Turner (1986) dépeint trois phase consécutives de performances/rituels dans The Anthropology of Performance qui donne sens aux Archives et à l’utilité de  l’installation « Printemps CUBEcois ».

La première phase de « séparation » consiste en une phase de préparation de la performance à venir, lorsque les artéfacts sont fabriqués, lorsque les idées politiques sont partagées, lorsque la contestation est planifiée.
Elle est suivie par la deuxième phase — nommée «liminale » — quand l’opposition se manifeste, lorsque les artéfacts sont utilisés dans une manifestation, lors d’un blocage ou une occupation, etc. Après cette performance vient la troisième phase – compte-rendu quand nous nous réunissons, pour interroger ensemble nos actions, stratégies, tactiques, etc.

Cette phase aide à renforcer la solidarité et à bâtir une confiance collective, tout en se familiarisant avec la performance militante antérieure. La conscience contestataire pendant cette troisième phase, je soutiens, est mieux nourrie lorsque des artéfacts culturels contestataires sont présent. Les artéfacts encouragent la reconsidération des actions, la discussion des enjeux, l’avancement des arguments, et ultimement la considération d’actions futures.

Idéalement, l’héritage culturel contestataire mis en place par l’entremise du « Printemps CUBEcois », aidera à boucler la boucle entre la troisième et la première phase afin de créer une performance contestataire perpétuelle qui sera plus compétente pour confronter les abus du capitalisme néolibérale et pour résister à son oppression systématique.

===

Printemps CUBEcois: Art in Social Struggles — 7:25 — CUTV Montréal

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *